La relation entre la dépression et le sommeil

La relation entre la dépression et le sommeil

La dépression est une maladie mentale qui touche entre 15 et 20% de personnes en France et se caractérise par des sentiments persistants de mélancolie, d’impuissance et de culpabilité. Il peut être difficile pour les personnes souffrant de dépression, une affection grave, de passer à travers la journée. Si elle n’est pas traitée, la dépression peut affecter considérablement la capacité d’une personne à travailler, à avoir des relations et même à dormir.

Le sommeil est un élément essentiel de la santé et du bien-être général. Certaines personnes souffrant de dépression peuvent avoir du mal à s’endormir, tandis que d’autres peuvent dormir excessivement. Étant donné que les problèmes de sommeil se manifestent parfois avant d’autres symptômes, certains experts pensent qu’ils peuvent jouer un rôle dans la progression de la dépression.

Nous passerons en revue les fondements de la dépression et les troubles du sommeil qui sont liés à cette maladie, ainsi que la relation entre la dépression et le sommeil. En outre, nous aborderons les options de traitement de la dépression, les conseils de gestion des symptômes et les ressources pour les personnes confrontées à ce trouble très répandu.

La dépression : Qu’est-ce que c’est ?

Tout le monde connaît des moments de tristesse ou de malheur. La plupart du temps, ces émotions passent rapidement. Les symptômes de la dépression peuvent être présents lorsque des sentiments de vide, d’irritation, de colère ou de frustration persistent pendant plus de quelques semaines et rendent la vie quotidienne difficile.

La dépression est un trouble de santé mentale traitable dont les symptômes peuvent avoir un impact significatif sur la vie quotidienne et rendre difficile le travail, l’interaction avec les autres et les activités agréables.

Types de dépression

Parmi les différents troubles dépressifs, qui sont classés en fonction de leur cause et de leurs symptômes, on peut parler de dépression.

  • Le trouble dépressif majeur : En France, le trouble dépressif majeur est une cause d’invalidité assez répandue. Cette maladie, également appelée dépression majeure ou dépression unipolaire, nécessite au moins un épisode de symptômes qui interfèrent avec la vie quotidienne et se poursuivent pendant au moins deux semaines.
  • Le trouble dépressif persistant : Anciennement appelé dysthymie, est comparable au trouble dépressif majeur mais a des conséquences plus graves sur la capacité de fonctionnement de la personne et des symptômes qui persistent pendant au moins deux ans. Selon des études, 3 % des personnes développeront un trouble dépressif chronique à un moment donné de leur vie.
  • Dépression post-partum : Bien qu’il soit typique pour les nouveaux parents d’avoir le “baby blues” pendant quelques semaines après l’accouchement, la dépression post-partum peut être identifiée lorsque les symptômes sont graves et persistent pendant plus de deux semaines. La dépression prénatale, souvent appelée dépression liée à la grossesse, peut également être identifiée chez les personnes enceintes.
  • Le trouble affectif saisonnier : Ce type de dépression est lié à la nature cyclique des saisons. Pour les personnes qui souffrent de dépression saisonnière, les symptômes commencent souvent à apparaître en automne ou en hiver, puis disparaissent au printemps ou en été.

Les causes de la dépression

Même si l’origine précise de la dépression n’est pas claire, des facteurs génétiques et environnementaux sont probablement impliqués. On pense que la composante génétique joue un rôle dans environ 50 % des causes de la dépression.

En fait, les individus sont deux à trois fois plus susceptibles de souffrir eux-mêmes de dépression s’ils ont un parent au premier degré atteint de la maladie, comme un parent, un frère ou une sœur, ou un enfant. Les experts suggèrent que la vulnérabilité d’une personne à la dépression est influencée par l’hérédité de diverses manières, notamment en modifiant le fonctionnement de substances chimiques spécifiques du cerveau, comme la sérotonine, la dopamine et la norépinéphrine.

De nombreux autres éléments, dont les suivants, ont été associés à un risque accru de dépression dans des études, notamment :

  • Une expérience personnelle de la dépression
  • Être une femme
  • Un stress ou un traumatisme
  • Des troubles médicaux, notamment une maladie de la thyroïde et un malaise persistant
  • Un isolement social
  • Des antécédents de dépendance ou de troubles liés à la consommation de substances
  • Certains médicaments

Signes et symptômes de la dépression

La dépression peut se traduire par un large éventail de symptômes qui peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre. Le degré des symptômes et la mesure dans laquelle ils entravent la capacité d’une personne à mener sa vie quotidienne varient également. Les symptômes de la dépression comprennent :

  • Une mélancolie ou une irritation permanente
  • La perte d’enthousiasme pour les activités agréables
  • Difficulté à se concentrer et à porter des jugements
  • Des pensées de culpabilité, de dévalorisation ou de désespoir
  • La fatigue et la lassitude
  • Douleurs et courbatures dans le corps
  • Sommeil excessif ou insuffisant
  • Altérations de la faim et de l’alimentation
  • Un sentiment d’anxiété ou d’agitation

Les personnes sont également affectées par les symptômes différemment selon leur âge. Les enfants peuvent présenter des signes tels que la nervosité ou une fausse maladie, ainsi qu’un refus d’aller à l’école ou de participer à des activités sociales. Les adolescents et les enfants plus âgés peuvent souffrir d’une mauvaise estime de soi, d’agitation ou de mauvais comportement dans la cour de récréation.

Les émotions naturelles de tristesse et de chagrin coexistent avec les symptômes de la dépression. Après une perte importante, une déception ou un événement difficile, certaines personnes peuvent se qualifier de dépressives, mais ces sentiments sont souvent normaux et compréhensibles.

Les personnes peuvent s’adresser à un professionnel de la santé pour savoir si leurs symptômes sont compatibles avec un état dépressif. Les médecins et les spécialistes de la santé mentale tiennent compte de l’intensité, de la durée et du degré d’interférence des symptômes avec la vie quotidienne d’une personne. Les personnes souffrant de dépression présentent généralement une variété de symptômes qui rendent difficile leur performance au travail, à l’école ou dans les interactions interpersonnelles. En général, les symptômes persistent pendant au moins deux semaines et la majeure partie de la journée.

Quel est le lien entre le sommeil et la dépression ?

La majorité des personnes déprimées souffrent de problèmes de sommeil. Selon certains experts, jusqu’à 90 % des personnes déprimées ont des problèmes de sommeil, tels que des difficultés à s’endormir, des réveils nocturnes fréquents ou le fait de dormir plus que nécessaire.

La recherche indique maintenant une association bidirectionnelle entre le sommeil et la santé mentale, alors qu’auparavant on pensait que les problèmes de sommeil étaient une complication de la maladie mentale. Jusqu’à 40 % des personnes chez qui l’on diagnostique une dépression déclarent souffrir d’insomnie avant d’autres symptômes, ce qui suggère que les problèmes de sommeil peuvent jouer un rôle dans l’apparition de la dépression.

Bien que les études sur la relation entre la dépression et le sommeil soient toujours en cours, il semble que des processus corporels comparables puissent avoir un impact sur l’humeur et le sommeil. Par exemple, les altérations de certaines substances chimiques comme la sérotonine, la dopamine et le cortisol sont liées à la fois à la dépression et aux problèmes de sommeil.

De plus, la dépression semble avoir un rythme circadien, les pires symptômes se manifestant souvent le matin. Selon des études, le degré de perturbation des rythmes circadiens d’une personne peut être associé à la gravité de sa maladie dépressive majeure.

Dépression et troubles du sommeil

De nombreux problèmes de sommeil, tels que l’insomnie, l’hypersomnie et l’apnée du sommeil, sont liés à la dépression.

Insomnie

Les personnes souffrant d’insomnie ont du mal à s’endormir alors qu’elles ont de nombreuses occasions de le faire. Les insomniaques ont souvent du mal à s’endormir et à rester endormis toute la nuit, ce qui entraîne une mauvaise qualité de sommeil et des symptômes tels que la fatigue diurne, l’irritabilité et les symptômes dépressifs.

Selon les recherches, le problème de sommeil le plus fréquemment cité par les personnes déprimées est l’insomnie. Environ 80 % des personnes dépressives souffrent d’insomnie, qui commence souvent avant un épisode dépressif. D’autre part, plus de 40 % des personnes souffrant d’insomnie ont également une dépression.

Hypersomnie

Les personnes souffrant d’hypersomnie dorment trop, sont somnolentes tout au long de la journée ou font trop de siestes. Malheureusement, le fait de dormir suffisamment et de faire des siestes fréquentes n’aide généralement pas à lutter contre la fatigue liée à l’hypersomnie.

Une maladie, des médicaments, la consommation d’autres substances ou un problème de santé mentale comme la dépression peuvent tous être des causes d’hypersomnie. Parfois, la cause sous-jacente de l’hypersomnie est inconnue. L’hypersomnie peut se produire chez jusqu’à 50 % des patients souffrant d’une maladie dépressive grave.

Apnée du sommeil

La respiration superficielle ou l’arrêt complet de la respiration pendant le sommeil est un symptôme fréquent de l’apnée du sommeil. L’apnée obstructive du sommeil est le type d’apnée du sommeil le plus courant. Une personne essaie de respirer pendant son sommeil mais n’y parvient pas parce que ses voies respiratoires sont limitées ou fermées.

Des pauses respiratoires fréquentes pendant le sommeil peuvent diminuer la qualité du sommeil, entraîner une fatigue diurne, des problèmes de santé, notamment des maux de tête et des maladies cardiaques, et augmenter le risque d’accident au travail ou lors de la conduite d’un véhicule à moteur. Des symptômes semblables à ceux de la dépression, tels que des sautes d’humeur, des difficultés de concentration et une fatigue extrême, peuvent également être provoqués par l’apnée du sommeil.

Selon les recherches, l’apnée du sommeil ou une autre affection respiratoire liée au sommeil touche environ 18 % des patients souffrant d’une maladie dépressive grave. L’apnée obstructive du sommeil semble être associée à la dépression, et inversement, la depression semble être associée à l’apnée du sommeil. En outre, l’apnée du sommeil peut rendre la dépression plus difficile à soigner et aggraver ses symptômes.

Traitements des troubles dépressifs

Les médicaments, les traitements de conseil ou une combinaison des deux sont utilisés pour traiter la dépression. Environ 19 % des personnes, dont 9,5 % ont suivi un conseil auprès d’un professionnel de la santé mentale et 16 % ont utilisé des médicaments sur ordonnance, ont déclaré avoir reçu des soins de santé mentale au cours de l’année précédente.

Le traitement de la dépression peut atténuer les symptômes, améliorer la qualité de vie d’une personne et réduire les risques de développer d’autres problèmes de santé. Heureusement, 80 à 90 % des personnes déprimées réagissent à la thérapie et voient leurs symptômes soulagés. Pour obtenir des informations correctes et un bon diagnostic, les personnes qui présentent des signes de dépression devraient consulter leur médecin ou un expert en santé mentale.

Conseil professionnel

La thérapie professionnelle est un type de traitement typique de la dépression dans lequel un patient discute de ses symptômes avec un psychiatre, un psychologue, un conseiller ou un autre spécialiste de la santé mentale. Le conseil professionnel aide en offrant à la fois des méthodes pratiques pour améliorer la santé mentale et un soutien émotionnel.

Toute personne intéressée par le conseil doit d’abord consulter son médecin ou un spécialiste de la santé mentale. Après avoir commencé une thérapie, les gens commencent souvent à se sentir mieux en quelques semaines, mais il peut s’écouler jusqu’à 10 semaines avant qu’ils ne remarquent un changement notable.

De nombreuses techniques de conseil, telles que la psychothérapie psychodynamique, la psychothérapie interpersonnelle et la thérapie cognitivo-comportementale, sont efficaces pour traiter la dépression (TCC). De nombreux praticiens de la santé mentale mélangent des méthodes issues de plusieurs modalités de conseil pour créer des traitements adaptés aux besoins de chaque patient.

Thérapie utilisant le comportement cognitif

Une forme de thérapie utilisée pour traiter la dépression est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Dans le cadre de la TCC, un conseiller aide ses clients à identifier, comprendre et modifier leurs idées, leurs sentiments et leurs actions. Un conseiller formé à la TCC peut aider une personne déprimée à reconnaître et à arrêter ses pensées négatives, à s’engager dans des pensées positives et à adopter des comportements qui favorisent le bien-être physique et mental.

Un type particulier de TCC pour l’insomnie, connu sous le nom de thérapie cognitivo-comportementale, peut être utile aux personnes qui souffrent de cette maladie (TCC-I). Ce type de TCC est centré sur la reconnaissance et la modification des idées, des sentiments et des actions qui provoquent un manque de sommeil persistant.

Antidépresseurs

Les antidépresseurs constituent une classe de médicaments très répandue pour traiter la dépression. Les antidépresseurs se présentent sous diverses formes, et chacune agit sur l’organisme de manière différente pour aider les personnes déprimées à se sentir mieux.

  • Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) : En raison de leur efficacité et de leur sécurité, les ISRS constituent la classe d’antidépresseurs la plus souvent prescrite. Les ISRS, qui sont utilisés pour traiter une série de problèmes de santé mentale, augmentent la quantité de sérotonine dans l’organisme en limitant son absorption.
  • Les IRSN, également connus sous le nom d’inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la norépinéphrine : Ils constituent une autre catégorie de médicaments utilisés pour traiter la dépression. Ces médicaments ressemblent aux ISRS mais empêchent également la réabsorption de la norépinéphrine, une autre hormone.

Les antidépresseurs atypiques, les modulateurs de la sérotonine, les antidépresseurs tricycliques et les inhibiteurs de la monoamine oxydase sont d’autres catégories d’antidépresseurs (IMAO). Le médecin choisira l’antidépresseur approprié en fonction d’un certain nombre de variables, notamment les symptômes du patient, les éventuelles affections mentales ou physiques concomitantes et les réactions antérieures du patient aux antidépresseurs.

Souffrir de la dépression

Lorsque la dépression est correctement diagnostiquée et traitée, la majorité des personnes peuvent être soulagées. En outre, il existe des mécanismes d’adaptation que les personnes souffrant de dépression peuvent utiliser pour atténuer leurs symptômes et améliorer leur qualité de vie.

  • Restez en mouvement : Passez du temps à pratiquer des activités amusantes et continuez à faire ce qui vous rendait heureux. Même si la dépression peut empêcher les gens de s’adonner à des activités qu’ils aimaient auparavant, cela peut contribuer à atténuer les symptômes de la dépression.
  • Faites de l’exercice : L’exercice régulier peut améliorer l’humeur, stimuler les bonnes sensations et atténuer les symptômes de la dépression. Faites de l’exercice pendant 45 à 60 minutes, trois à cinq fois par semaine, en commençant par 30 minutes pour améliorer l’humeur.
  • Évitez l’alcool et les drogues : Les personnes souffrant de dépression peuvent utiliser ces substances et l’alcool pour traiter leurs symptômes. Ces drogues doivent être évitées car elles peuvent aggraver la dépression et interagir avec les antidépresseurs.
  • Cherchez de l’aide : Il est essentiel de savoir quand demander de l’aide. Contactez un médecin ou un professionnel de la santé mentale pour obtenir de l’aide si les symptômes de la dépression commencent à interférer avec les activités quotidiennes, l’emploi et les relations.

Comment mieux dormir avec la depression

Le sommeil est essentiel au maintien de la santé physique et mentale, et il l’est encore plus pour les personnes déprimées. Les personnes dépressives peuvent obtenir un soulagement de leurs symptômes en modifiant leur hygiène de sommeil.

  • Maintenez une routine : Couchez-vous et levez-vous à la même heure chaque jour. Gardez la même routine et ne modifiez pas l’heure de sommeil de plus d’une heure les week-ends et les jours fériés.
  • Heure d’exposition à la lumière : L’exposition au soleil pendant la journée peut donner l’impression d’être plus éveillé et peut aider à soulager les symptômes de la dépression saisonnière. Éteignez les lumières vives une heure avant le coucher et tenez-vous à l’écart des appareils électroniques comme les téléviseurs, les iPads et les téléphones portables qui pourraient inciter le cerveau à rester éveillé.
  • Soyez prudent lorsque vous faites une sieste : Si une petite sieste l’après-midi peut vous remonter le moral, elle peut aussi perturber votre sommeil nocturne. Essayez de limiter les siestes à 20 minutes maximum et évitez les siestes après 15 heures.

Ressources sur le sommeil et la dépression

1.Dispositifs de prévention du suicide : En France, le 3114 est un guichet spécial pour les services visant à prévenir le suicide. Il répond aux besoins urgents des personnes en quête d’aide et est gratuit et confidentiel. Ces besoins comprennent l’écoute, l’évaluation, l’intervention, l’urgence, l’orientation ou le suivi de crise. Il s’adresse également aux professionnels qui s’occupent de personnes en détresse ou à ceux qui cherchent des informations sur le suicide et sa prévention.

Ce dispositif, opérationnel depuis le 1er octobre 2021, vise à diminuer la souffrance et le taux de suicide en France en mettant à la disposition des habitants une ligne téléphonique permettant de bénéficier d’une assistance experte.

Dans 12 centres régionaux situés en France métropolitaine et Outre-Mer, des experts hospitaliers (infirmiers, psychologues, sous la direction d’un médecin spécialiste) offrent une réponse continue 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. A terme, cinq autres centres seront opérationnels.

2.Groupes de soutien : Les groupes de discussion de patients sont destinés aux personnes atteintes de maladie bipolaire ou de dépression.

Un bénévole de l’association France depression, qui n’est pas un praticien de la santé, encadre chaque groupe. Ce bénévole est une personne qui a fait l’expérience de ces groupes et qui est un patient (ou plutôt un ex-patient) ayant un certain recul sur la maladie.

Il n’est pas indispensable d’être membre de l’association ou de s’inscrire à l’avance pour assister à la première réunion de ces groupes de discussion, et le nombre de participants ne peut être prévu à l’avance.

3.Trouver un traitement : La collaboration entre la personne déprimée, son médecin généraliste, son psychiatre et peut-être d’autres spécialistes médicaux est la clé du succès d’une thérapie de la dépression. Chaque situation est adaptée à l’aide d’une psychothérapie et, si nécessaire, de médicaments. La nécessité d’une hospitalisation peut se faire sentir.

La psychothérapie peut être envisagée dans :

  • Un établissement médical
  • Un cabinet privé ou un centre médico-psychologique (CMP).
  • Chez un psychiatre
  • Chez un psychologue
  • Avec des infirmiers
  • Avec des assistants sociaux et d’autres spécialistes médicaux

Ces professionnels travaillent ensemble dans un établissement public appelé CMP. Pour les personnes en souffrance et leurs familles, c’est un lieu d’accueil, d’orientation et de soins. L’assurance maladie prend en charge intégralement les consultations proposées par le CMP. Les CMP fonctionnent en fonction de la géographie. Ainsi, chaque département en compte plusieurs. Plus d’informations sur Ameli.

4.Faits et mythes sur la santé mentale : La bibliothèque de nos schémas de pensée est constituée d’idées préconçues. Elles nous aident à catégoriser nos idées, même si elles ne sont pas toujours vraies. Qu’elles soient constructives ou destructrices, elles sont créées et transmises par l’histoire, la famille et le contexte social et culturel de chacun.

Depuis 2015, Psycom est un réseau de collaboration dans le domaine de la santé. Il a été fondé en 1992 par cinq instituts psychiatriques parisiens. Une assemblée générale composée de délégués de la FNAPSY, de la Fédération nationale d’éducation et de promotion de la santé (FNES) et de l’UNAFAM veille à son administration.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les guides gratuits Docteur Sommeil