Problèmes de sommeil courants

Menu

Problèmes de sommeil courants
Insomnie
Ronflement
Apnée du sommeil
Privation de sommeil

troubles du sommeil
Table des matières afficher

Troubles du sommeil courants

Le développement du diabète et des maladies cardiaques, ainsi que votre sécurité et vos relations, peuvent tous être affectés négativement par des troubles du sommeil courants comme l’insomnie, le syndrome des jambes sans repos, la narcolepsie et l’apnée du sommeil. Ces troubles peuvent également altérer votre capacité de réflexion et avoir un impact négatif sur votre santé mentale et physique ainsi que sur votre poids. Votre qualité de vie peut souffrir d’un sommeil insuffisant.

APERÇU

Les troubles du sommeil : de quoi s’agit-il ?

La somnolence diurne et d’autres symptômes peuvent découler de troubles du sommeil, qui affectent la qualité de votre sommeil ou vous empêchent de bénéficier d’un sommeil réparateur suffisant. Il arrive à tout le monde d’être confronté à des problèmes de sommeil. Toutefois, les éléments suivants peuvent indiquer un trouble du sommeil :

  • Vous avez fréquemment du mal à vous endormir.
  • Même si vous avez dormi au moins sept heures la nuit précédente, vous êtes souvent épuisé pendant la journée.
  • Votre capacité à effectuer des tâches typiques de la journée est diminuée ou entravée.

Les adultes Français de tous âges en règle général ne dorment pas assez. Une bonne nuit de sommeil est cruciale. Le manque de sommeil peut avoir des effets négatifs sur les performances scolaires et professionnelles, les interactions interpersonnelles, la santé et la sécurité.

Les troubles du sommeil peuvent interférer avec le rythme normal du sommeil et entraîner des symptômes pendant la journée. Les problèmes de sommeil peuvent avoir un impact sur le moment où vous pouvez vous endormir, la quantité de sommeil que vous recevez et la qualité de votre sommeil.

Quelle est l’ampleur des problèmes de sommeil ?

Pas moins de 36 % des Français souffriraient de troubles du sommeil. Un large éventail de maladies médicales qui ont un effet négatif sur le sommeil sont classées dans la catégorie des troubles du sommeil. En comprenant les troubles du sommeil, on peut atténuer les effets d’un sommeil insuffisant, qui peuvent se traduire par une diminution de la qualité de vie et un risque accru de développer des problèmes de santé. Nous passons en revue les nombreuses formes de troubles du sommeil, leurs symptômes et leurs causes. Nous abordons également plusieurs méthodes de diagnostic et de traitement des problèmes de sommeil ainsi que les mesures que vous pouvez prendre pour avoir un meilleur sommeil.

Combien de types différents de problèmes de sommeil existe-t-il ?

Les différentes formes de problèmes de sommeil sont classées à l’aide de systèmes de classification. Ces systèmes facilitent l’étude des troubles du sommeil et offrent un cadre pour le diagnostic et le traitement des troubles du sommeil par les médecins. Ils permettent également de déterminer quand les symptômes d’une personne peuvent être considérés comme normaux et quand une attention médicale est nécessaire.

Les 60 troubles du sommeil sont répartis en sept catégories dans la troisième édition de la classification internationale des troubles du sommeil (ICSD-3). Parmi ces grands groupes figurent :

  • L’insomnie
  • Les troubles respiratoires liés au sommeil
  • La perturbation des cycles circadiens veille-sommeil
  • Les Syndromes d’hypersomnolence centrale
  • Les Parasomnies
  • Les troubles du mouvement liés au sommeil
  • Autres problèmes de sommeil

Quelle quantité de repos est nécessaire ?

Bien que certaines personnes aient besoin de plus de sommeil que d’autres, les experts conseillent généralement aux adultes de dormir de sept à neuf heures par nuit.

Les adultes ont déclaré dormir en moyenne Selon un sondage réalisé par Opinionway pour MGEN et l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV), les Françaises et les Français dorment en moyenne 6 heures et 41 minutes en semaine et 7 heures et 33 minutes le week-end.. L’enquête a révélé une diminution de la durée du sommeil au cours des dernières années. Les personnes qui dorment moins utilisent fréquemment l’internet ou ramènent du travail à la maison le soir.

Chez les personnes âgées, l’envie d’aller aux toilettes et la douleur physique ou l’inconfort sont les perturbations du sommeil les plus fréquentes.

On a également constaté que les habitudes de sommeil des enfants sont en baisse. L’âge influence la quantité de sommeil idéale et ce qui a été constaté c’est que trois à cinq heures de sommeil par nuit étaient perdues en raison de la consommation de caféine, et les enfants qui avaient la télévision dans leur chambre perdaient deux heures supplémentaires par semaine.

Quels sont les effets d’un manque de sommeil sur une personne ?

Une quantité ou une qualité de sommeil insuffisante ne se traduit pas seulement par de la fatigue. La somnolence altère la fonction cognitive, ce qui peut entraîner des changements de personnalité, la dépression, des problèmes d’apprentissage chez les enfants et des pertes de mémoire chez les adultes de tous âges.

Les personnes qui manquent de sommeil ont des difficultés à porter des jugements, sont irritables, ont des performances médiocres, ont des temps de réaction plus courts et sont plus susceptibles d’être impliquées dans des accidents de travail ou de voiture. Le manque de sommeil peut également avoir un impact négatif sur la santé en augmentant le risque de diabète, de maladie cardiaque et d’obésité.

Qui a le plus de chances de souffrir d’un trouble du sommeil ?

Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à souffrir de troubles du sommeil pendant la journée.

SIGNIFICATION ET CAUSES

Qu’est-ce qui entraîne des problèmes de sommeil ?

Plusieurs éléments peuvent contribuer aux problèmes de sommeil. Bien que leurs causes sous-jacentes puissent varier, tous les troubles du sommeil ont pour dénominateur commun une perturbation ou une exagération du cycle normal de sommeil et d’éveil diurne de l’organisme. Ces huit variables sont les suivantes :

  • Physique (comme les ulcères).
  • Médicale (comme l’asthme).
  • Psychiatrique (comme les problèmes de depression et d’anxiété).
  • Environnementaux (comme l’alcool).
  • Le dérèglement des “horloges biologiques” par le travail de nuit.
  • Génétique (la narcolepsie est génétique) (la narcolepsie est génétique).
  • Médicaments (certains interfèrent avec le sommeil).
  • Vieillissement (environ la moitié des personnes de plus de 65 ans ont un problème de sommeil). On ne sait pas si c’est une caractéristique naturelle du vieillissement ou un effet secondaire des médicaments que les personnes âgées utilisent fréquemment).

Quels signes ou symptômes indiquent un trouble du sommeil ?

Si vous rencontrez un ou plusieurs des signes suivants, vous avez peut-être un problème de sommeil. Est-ce que vous :

  • Vous vous endormez en conduisant ?
  • Avez-vous de la difficulté à rester éveillé lorsque vous ne faites rien, comme lire ou regarder la télévision ?
  • Avez-vous de la difficulté à vous concentrer ou à faire attention au travail, à l’école ou à la maison ?
  • Avez-vous des problèmes de performance au travail ou à l’école ?
  • Les gens font-ils souvent des commentaires sur le fait que vous semblez somnolent ?
  • Avez-vous des problèmes de mémoire ?
  • Vous avez des réponses lentes ?
  • Avez-vous de la difficulté à maîtriser vos émotions ?
  • Vous avez envie de faire une sieste presque tous les jours ?

Qu’est-ce que l’insomnie ?

Les personnes souffrant d’insomnie ont des difficultés à s’endormir ou à rester endormies. Un ou plusieurs des signes ou symptômes suivants peuvent être présents chez les insomniaques :

  • Difficulté à s’endormir.
  • Réveils nocturnes fréquents et difficulté à se rendormir.
  • Se réveiller trop tôt le matin.
  • Avoir un sommeil non réparateur.
  • Avoir au moins un problème quotidien provoqué par le manque de sommeil, comme la lassitude, la somnolence, des problèmes d’humeur, des problèmes d’attention, des accidents au travail ou au volant, etc.

La durée de l’insomnie et sa fréquence varient. Un adulte sur dix et près de 50 % des adultes, respectivement, souffrent d’insomnie chronique. L’insomnie peut se développer d’elle-même ou être liée à des problèmes de santé physique ou mentale. Il est également possible de souffrir d’insomnie à court terme (insomnie aiguë ou d’ajustement) ou d’insomnie persistante (insomnie chronique). En outre, l’insomnie peut aller et venir, avec des intervalles où une personne n’a pas de problèmes de sommeil. L’insomnie chronique ou d’adaptation peut persister pendant quelques semaines ou une seule nuit. Lorsqu’une personne est insomniaque au moins trois nuits par semaine pendant un mois ou plus, son insomnie est considérée comme chronique.

Le stress de la vie (comme la perte ou le changement d’emploi, le décès d’un être cher ou un déménagement), la maladie ou les variables environnementales comme la lumière, le bruit ou les températures élevées peuvent tous contribuer à l’insomnie aiguë ou à court terme.

L’insomnie à long terme ou chronique (définie comme une insomnie qui dure trois mois ou plus et qui se produit au moins trois nuits par semaine) peut être provoquée par des conditions telles que la dépression, le stress permanent, la douleur ou l’inconfort nocturne.

Une réaction émotionnelle conditionnée contribue souvent à l’insomnie persistante. Les symptômes de l’insomnie sont parfois prolongés par des pensées concernant le problème de sommeil (telles que “Que se passera-t-il si je ne m’endors pas ce soir ?”) et des actions qui apparaissent en réponse au problème (telles que faire la grasse matinée et des siestes, rêvasser au lit).

Les troubles respiratoires liés au sommeil

Comme son nom l’indique, une personne qui souffre de troubles respiratoires liés au sommeil a une respiration irrégulière pendant qu’elle dort. Selon les recherches, 2 à 4 % des individus souffrent de problèmes respiratoires liés au sommeil.

  • Troubles de l’apnée obstructive du sommeil : Les troubles associés à l’apnée obstructive du sommeil comprennent des épisodes de respiration superficielle ou arrêtée pendant le sommeil qui se répètent. Une obstruction des voies respiratoires est à l’origine de ces épisodes.
  • Syndromes d’apnée centrale du sommeil : Les périodes de respiration superficielle ou arrêtée sont également une caractéristique de l’apnée centrale du sommeil. Toutefois, contrairement à l’apnée obstructive du sommeil, cette maladie est provoquée par des problèmes liés aux signaux que le cerveau envoie pour contrôler la respiration.
  • Les troubles de l’hypoventilation liés au sommeil : Dans ces conditions, le dormeur ne respire pas assez rapidement ou profondément pour satisfaire les besoins de l’organisme. Un faible taux d’oxygène et un taux élevé de dioxyde de carbone sont fréquents pendant la nuit chez les personnes souffrant de troubles de l’hypoventilation liés au sommeil.
  • Trouble d’hypoxémie liée au sommeil : L’hypoxémie, ou faible taux d’oxygène dans le sang, est un trouble qui affecte le sommeil. Si l’hypoventilation ou un autre trouble du sommeil est souvent le coupable lorsqu’il s’agit d’hypoxémie pendant le sommeil, ce n’est pas toujours le cas.

En fonction de la raison fondamentale des troubles respiratoires, chacune de ces quatre catégories peut être subdivisée. De nombreuses personnes qui respirent anormalement la nuit répondent également aux critères d’un certain nombre de problèmes respiratoires liés au sommeil.

Comment fonctionne l’apnée du sommeil ?

Lorsque la respiration d’une personne est perturbée pendant son sommeil, elle peut souffrir d’un trouble du sommeil potentiellement dangereux appelé apnée du sommeil. Lorsqu’elles dorment, les personnes souffrant d’apnée du sommeil non traitée cessent régulièrement de respirer.

L’apnée obstructive et l’apnée centrale du sommeil sont les deux types de troubles.

  • La plus fréquente des deux est appelée apnée obstructive du sommeil (AOS). Le tissu mou à l’arrière de la gorge se contracte normalement pendant le sommeil, ce qui entraîne une obstruction des voies respiratoires. Les symptômes du SAOS peuvent inclure le ronflement, la somnolence pendant la journée, la lassitude, l’agitation pendant le sommeil, la respiration haletante pendant le sommeil et la difficulté à se concentrer.
  • Bien que les voies respiratoires ne soient pas obstruées dans le cas de l’apnée centrale du sommeil (ACS), le cerveau ne donne pas l’ordre au corps de respirer. Parce qu’elle affecte le fonctionnement du système nerveux central, cette forme est connue sous le nom d’apnée centrale. Les personnes atteintes d’ASC peuvent avoir des difficultés à respirer, mais elles se plaignent généralement de réveils nocturnes fréquents.

Troubles du sommeil impliquant le rythme circadien

Les troubles du sommeil liés au rythme circadien surviennent lorsque le rythme circadien d’une personne est déréglé ou désynchronisé par rapport à son environnement. Les rythmes circadiens sont des cycles de près de 24 heures qui régulent un certain nombre de fonctions corporelles, notamment le moment où une personne dort et se réveille.

Un petit pourcentage de la population générale est touchée par ces maladies collectivement, bien que les adolescents, les jeunes adultes et les personnes ayant des problèmes de santé mentale soient plus susceptibles d’en souffrir.

  • Retard de la phase de sommeil et d’éveil : Fréquent chez les adolescents, ce trouble se caractérise par un rythme de sommeil plus tardif que prévu. L’incapacité à obtenir suffisamment de sommeil pour fonctionner normalement en raison de ce retard du rythme circadien peut avoir un impact sur leur performance au travail, en classe ou dans leur vie personnelle.
  • Trouble avancé du sommeil et de l’éveil : Cette maladie affecte le cycle circadien d’une personne, ce qui l’amène à s’endormir et à se réveiller plus tôt que d’habitude. La majorité des cas de cette maladie concernent des personnes âgées.
  • Trouble du rythme veille-sommeil irrégulier : Les personnes atteintes d’un trouble du rythme veille-sommeil irrégulier n’ont pas un rythme circadien bien défini, ce qui fait qu’elles se sentent somnolentes ou présentent des symptômes d’insomnie à différents moments de la journée.
  • Trouble du cycle veille-sommeil de plus de 24 heures : Le cycle veille-sommeil d’une personne fluctue quelque peu chaque jour en raison d’un trouble du rythme veille-sommeil de plus de 24 heures, qui se définit par un rythme circadien en constante évolution. Bien qu’il puisse parfois affecter des personnes voyantes, ce trouble du sommeil touche surtout les aveugles.
  • Trouble du sommeil lié au travail posté : Les employés travaillant par quarts ont un horaire de travail qui diffère de la période conventionnelle de 7 heures à 18 heures. Ce trouble est connu sous le nom de trouble du sommeil lié au travail posté. Les personnes peuvent développer un trouble du sommeil lié au travail posté si elles sont incapables de modifier leurs habitudes de sommeil pour s’adapter à ces heures de travail. Ce trouble peut entraîner des problèmes de sommeil, de la somnolence et d’autres limitations au travail.
  • Trouble du décalage horaire : Lorsque les gens voyagent à travers les fuseaux horaires, ils subissent le décalage horaire, ce qui déséquilibre leurs rythmes circadiens par rapport à l’heure du jour là-bas. Le décalage horaire peut rendre difficile le fait de s’endormir au bon moment le soir et entraîner une fatigue excessive le jour.

Troubles centraux de l’hypersomnolence

Les troubles du sommeil connus sous le nom de troubles centraux de l’hypersomnolence ont pour symptôme principal la fatigue ou la somnolence diurne. La somnolence diurne chez les patients atteints de l’un de ces troubles du sommeil n’est pas liée à une mauvaise nuit de sommeil, à un mauvais alignement des rythmes circadiens ou à un autre trouble du sommeil.

  • Narcolepsie : Les personnes souffrant de narcolepsie sont extrêmement fatiguées pendant la journée, même si elles dorment suffisamment la nuit. En plus d’autres symptômes, les personnes atteintes de narcolepsie peuvent éprouver une somnolence incontrôlable et des épisodes au cours desquels elles perdent momentanément le contrôle de leurs muscles.
  • Hypersomnie : L’hypersomnie est un mot utilisé en médecine pour décrire une fatigue diurne extrême ou une somnolence nocturne excessive. Un problème de santé mentale ou physique, une ordonnance, un autre médicament ou l’absence de raison connue peuvent tous contribuer à l’hypersomnie.
  • Syndrome de Kleine-Levin : La maladie du sommeil inhabituelle connue sous le nom de syndrome de Kleine-Levin provoque des épisodes de somnolence extrême, qui s’accompagnent de changements dans les pensées, les sentiments ou le comportement d’une personne. La durée d’un seul épisode peut aller de deux jours à cinq semaines.
  • Syndrome de sommeil insuffisant : Le syndrome du sommeil insuffisant est un trouble qui survient lorsqu’une personne décide de ne pas passer suffisamment de temps au lit ou de ne pas acquérir la quantité de sommeil recommandée, ce qui entraîne une somnolence diurne persistante.

La fréquence à laquelle chacun de ces troubles du sommeil est identifié varie considérablement. Par exemple, si le syndrome de Kleine-Levin ne concerne que 1 à 5 personnes sur 1 000 000, la forme la plus répandue de narcolepsie touche environ 1 personne sur 2 000.

Parasomnies

Lorsqu’une personne souffre de parasomnies, certaines actions, réactions, émotions ou sensations se produisent avant de s’endormir, pendant le sommeil ou au réveil. Le sommeil à mouvements oculaires non rapides (NREM) et le sommeil à mouvements oculaires rapides (REM) sont les deux stades du sommeil, et les parasomnies sont classées en fonction du stade du sommeil dans lequel elles se produisent.

Un grand nombre de parasomnies surviennent lorsqu’une personne se réveille d’un sommeil profond, le sommeil NREM. Moins de 3 % des individus souffrent de ces parasomnies, souvent appelées troubles de l’éveil.

  • Éveils confusionnels : Ce type de parasomnie entraîne des réveils fréquents du sommeil avec confusion ou désorientation. Les épisodes peuvent durer de quelques minutes à plusieurs heures.
  • Somnambulisme : Le somnambulisme est une parasomnie au cours de laquelle une personne sort du lit et effectue des tâches telles que marcher, converser, nettoyer et conduire un véhicule. Les personnes qui ont été victimes de somnambulisme peuvent ne pas se souvenir de l’incident ou ne s’en souvenir que vaguement.
  • Terreurs nocturnes : Les symptômes des terreurs nocturnes sont une anxiété et un désarroi soudains et accablants. Une personne souffrant de terreurs nocturnes peut se lever, crier ou se comporter de manière agressive pendant une courte période.
  • Trouble de l’alimentation lié au sommeil : Une personne qui mange fréquemment alors qu’elle n’est qu’à moitié réveillée peut être diagnostiquée comme ayant un problème d’alimentation lié au sommeil. Pour que l’on puisse diagnostiquer cette parasomnie, il faut qu’une personne mange de façon anormale, qu’elle consomme des choses toxiques ou non comestibles, qu’elle se blesse en cherchant de la nourriture ou qu’elle ait des problèmes de santé à cause de son alimentation nocturne.

Le sommeil paradoxal, stade d’activité cérébrale accrue où se déroulent la plupart des rêves, peut également être à l’origine de l’insomnie.

  • Les yeux qui bougent rapidement Trouble du comportement de sommeil : Les personnes qui souffrent de ce trouble du sommeil bougent ou font des bruits lorsqu’elles rêvent. Le danger de cette parasomnie peut affecter le dormeur ou son compagnon de lit.
  • Paralysie du sommeil isolée et récurrente : La paralysie du sommeil est l’incapacité temporaire de bouger le corps pendant le début du sommeil ou au réveil. Ces épisodes peuvent également inclure des hallucinations. La paralysie du sommeil isolée récurrente peut être le diagnostic de ces épisodes s’ils ne sont pas liés à un autre trouble du sommeil.
  • Trouble cauchemardesque : Bien que la plupart des individus fassent des rêves, seul un petit pourcentage d’entre eux souffre véritablement de cauchemars. Le trouble des cauchemars se caractérise par des cauchemars extrêmement perturbants qui affectent l’humeur, le comportement ou les tâches quotidiennes. Les personnes qui souffrent du trouble des cauchemars se réveillent en se souvenant de leurs cauchemars terrifiants dans les moindres détails.

Moins de 1 % des personnes souffrent du trouble du comportement du sommeil à mouvements oculaires rapides, tandis que jusqu’à 40 % des personnes ont eu une paralysie du sommeil à un moment donné. Environ 8 % des individus font régulièrement des cauchemars.

D’autres parasomnies peuvent survenir pendant le sommeil paradoxal ou le sommeil lent et ne sont pas liées à un stade de sommeil particulier.

  • Le syndrome de la tête qui éclate : Les personnes atteintes de ce syndrome se réveillent ou s’endorment en entendant un gros boum ou en ayant la sensation que leur tête explose. Ces sensations imaginaires, qui sont souvent décrites comme une bombe, des cymbales ou un grand fracas, peuvent être terrifiantes même si elles ne sont pas douloureuses.
  • Hallucinations pendant le sommeil : Les hallucinations sont la perception d’expériences qui ne se produisent pas réellement. Les hallucinations peuvent être classées comme hallucinations liées au sommeil si elles se produisent au moment où une personne s’endort ou se réveille et si elles ne sont pas causées par un autre problème de sommeil.
  • Énurésie du sommeil : L’énurésie nocturne est une parasomnie dans laquelle une personne de plus de cinq ans doit uriner pendant son sommeil. L’énurésie doit se produire au moins deux fois par semaine pendant trois mois ou plus pour que ce diagnostic soit valable.

Troubles du mouvement liés au sommeil

Les troubles du mouvement causés par des mouvements récurrents pendant le sommeil comprennent les troubles du sommeil qui interrompent votre sommeil ou créent des symptômes tout au long de la journée.

  • Trouble des mouvements périodiques des membres : Cette affection se caractérise par des mouvements récurrents des membres qui perturbent le sommeil, provoquent de la fatigue ou affectent le fonctionnement quotidien.
  • Le syndrome des jambes sans repos : Cette affection provoque chez une personne le besoin de bouger ses jambes pendant son sommeil, ce qui peut rendre difficile l’endormissement. Après un mouvement, ces impulsions peuvent disparaître momentanément avant de revenir peu après. Certaines personnes atteintent du syndrome des jambes sans repos affirment ressentir des picotements ou des démangeaisons dans les jambes.
  • Crampes aux jambes causées par le sommeil : Également connu sous le nom de crampes nocturnes aux jambes, ce trouble du sommeil provoque chez les personnes qui en souffrent de brusques crampes dans le mollet, le pied ou d’autres extrémités inférieures. Ces crampes surviennent lorsqu’une personne est au lit, qu’elle soit éveillée ou endormie.
  • Bruxisme lié au sommeil : Le terme médical pour le grincement des dents, ou le frottement violent des dents entre elles, est le bruxisme. La majorité des grincements de dents nocturnes peuvent être identifiés comme du bruxisme lié au sommeil s’ils entraînent des lésions dentaires ou d’autres symptômes au cours de la journée.
  • Trouble du mouvement rythmique lié au sommeil : Lorsque certains mouvements répétés, comme le martèlement de la tête d’un nouveau-né, sont considérés comme typiques pendant le sommeil, ils peuvent être identifiés comme un trouble du sommeil s’ils causent des dommages ou interfèrent avec le sommeil.
  • Myoclonie bénigne du sommeil de la petite enfance : La myoclonie bénigne du nourrisson est un trouble du sommeil qui peut affecter les nourrissons âgés de moins de six mois. Les nourrissons atteints de ce trouble présentent des secousses ou des tics lorsqu’ils dorment, ce qui peut affecter des parties spécifiques du corps ou le corps entier. Ce trouble n’est pas dangereux et disparaît généralement de lui-même.
  • Myoclonie propriospinale au début du sommeil : La myoclonie propriospinale avant l’endormissement est un trouble qui se manifeste par des secousses ou des contractions juste avant de s’endormir. Lorsque la personne est entièrement endormie ou éveillée, ces mouvements cessent, bien qu’ils puissent rendre l’endormissement difficile.

Comment définir le syndrome des jambes sans repos ?

Le SJSR est un trouble du sommeil qui se traduit par une envie aiguë et souvent incontrôlable de bouger les jambes. Le fait de se reposer, par exemple en s’allongeant dans un lit, ou de rester assis pendant une longue période, comme en conduisant ou dans un théâtre, provoque cette expérience. Le SJSR se manifeste fréquemment le soir, ce qui rend difficile le fait de s’endormir et de rester endormi. Des problèmes de fatigue, d’irritabilité et de concentration pendant la journée peuvent y être liés. Les personnes souffrant du SJSR ont souvent envie de bouger et de secouer leurs jambes pour soulager la sensation de douleur.

Autres troubles du sommeil

La catégorie appelée “autres troubles du sommeil” comprend les problèmes de sommeil qui n’entrent pas dans une autre catégorie ou qui entrent dans plus d’une catégorie. Lorsque l’on ne sait rien d’un nouveau trouble du sommeil, ce diagnostic peut également être utilisé.

Qu’est-ce que la narcolepsie ?

Un trouble neurologique de la régulation du sommeil appelé narcolepsie perturbe la capacité à gouverner à la fois le sommeil et la vigilance. Une somnolence diurne excessive et des épisodes sporadiques et incontrôlés de somnolence diurne sont des symptômes de la narcolepsie. Ces épisodes de sommeil inattendus peuvent survenir à tout moment de la journée et pendant n’importe quelle activité. Certaines personnes souffrant de narcolepsie décrivent un début rapide de faiblesse musculaire accompagné de rires ou d’autres émotions.

La narcolepsie se manifeste souvent entre 15 et 25 ans, mais elle peut survenir à tout âge. La narcolepsie est souvent non détectée et, par conséquent, mal traitée.

TESTS ET DIAGNOSTIC

Comment les problèmes de sommeil sont-ils identifiés ?

Si vous pensez avoir un problème de sommeil, parlez de vos symptômes à votre professionnel de santé. Il peut procéder à un examen physique et vous aider à identifier les problèmes de sommeil que vous rencontrez. Votre médecin de santé pourrait avoir intérêt à consulter un journal de sommeil sur deux semaines. Votre médecin de santé peut effectuer des tests pour exclure d’autres troubles, car plusieurs maladies peuvent provoquer des troubles du sommeil.

Une clinique spécialisée dans les problèmes de sommeil peut être orientée par votre médecin s’il pense que vous souffrez d’un problème de sommeil. Un spécialiste du sommeil examinera vos symptômes et vous conseillera peut-être de passer une étude du sommeil.

Au cours d’une étude du sommeil, également connue sous le nom de polysomnogramme (PSG), certaines activités physiques sont transmises et enregistrées électroniquement. Pour certaines personnes, une étude du sommeil (également connue sous le nom de test d’apnée du sommeil à domicile) peut être réalisée. Un professionnel de la santé qualifié utilise les enregistrements comme données pour examiner si vous souffrez ou non d’un trouble du sommeil.

Il est essentiel de prêter attention à vos habitudes de sommeil, de tenir un journal du sommeil et de parler avec votre professionnel de la santé des habitudes et des caractéristiques de votre sommeil afin de déterminer si vous avez un problème de sommeil. Les interventions comportementales et une plus grande attention portée à une bonne hygiène du sommeil peuvent résoudre de nombreux problèmes de sommeil courants. Si vous avez des inquiétudes quant à vos habitudes de sommeil, parlez-en à votre professionnel de santé.

Quelles questions mon médecin pourrait-il poser pour déterminer si je souffre d’un trouble du sommeil ?

  • Combien de temps dormez-vous habituellement la nuit ?
  • Est-ce que vous vous agitez pendant que vous dormez ?
  • Vous arrive-t-il de faire des siestes ?
  • De combien de temps avez-vous besoin pour dormir ?
  • Vous levez-vous fréquemment au cours de la nuit ?
  • Travaillez-vous en équipe de nuit ?
  • Au cours de la journée, quel est le degré de somnolence que vous ressentez ?

CONTRÔLE ET TRAITEMENT

Comment traite-t-on les problèmes de sommeil ?

Le traitement des troubles du sommeil est basé sur la situation unique d’une personne et le type de trouble du sommeil qui a été identifié. Des procédures médicales et des modifications du mode de vie peuvent être utilisées comme traitements.

  • Thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie (TCC-I) : Souvent la première méthode de traitement de l’insomnie, la thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie se concentre sur les attitudes, les émotions et les comportements qui empêchent un sommeil réparateur.
  • Thérapie par pression positive des voies respiratoires : Le traitement d’un certain nombre de problèmes respiratoires associés au sommeil fait appel à la pression positive des voies respiratoires. Au cours de cette procédure, on utilise une machine qui pousse de l’air sous pression dans les voies respiratoires pendant que vous dormez.
  • Thérapie par la lumière vive : La luminothérapie peut être un traitement utile pour certaines personnes souffrant de troubles du rythme circadien veille-sommeil car elle peut modifier le rythme circadien d’une personne lorsqu’elle est appliquée à des moments précis.
  • Dispositifs buccaux : Plusieurs troubles du sommeil, comme l’apnée obstructive du sommeil et le bruxisme lié au sommeil, peuvent être traités à l’aide de dispositifs portés dans la bouche.
  • La chirurgie : La chirurgie peut être utilisée pour traiter les troubles du sommeil, notamment l’apnée obstructive et centrale du sommeil.
  • Médicaments : Les professionnels de la santé peuvent recommander des médicaments pour faciliter le sommeil ou pour traiter un problème médical sous-jacent à l’origine des troubles du sommeil. Selon le type de trouble du sommeil, les médicaments peuvent être utilisés seuls, en conjonction avec d’autres méthodes, ou seulement dans les cas où les autres thérapies ont échoué.

Le terme “hygiène du sommeil” décrit les comportements qui favorisent un sommeil réparateur. Un certain nombre de problèmes de sommeil peuvent être traités efficacement en améliorant l’hygiène du sommeil. L’amélioration de l’hygiène du sommeil peut être obtenue par :

  • Dormir de sept à neuf heures par nuit
  • Maintenir un horaire régulier de réveil et de coucher
  • En pratiquant des activités physiques quotidiennes
  • En réduisant la consommation d’alcool, de nicotine et de caféine, surtout dans les heures précédant le coucher
  • Supprimer les lumières, les ordinateurs portables et les téléviseurs de la chambre à coucher
  • En créant un environnement de sommeil relaxant

En fonction de votre situation particulière, votre expert en soins de santé vous proposera des thérapies.

Quels médicaments sont efficaces contre les troubles du sommeil ?

Les médicaments et compléments alimentaires suivants peuvent être suggérés par votre médecin :

  • Dans certaines situations d’insomnie, des médicaments pour le sommeil tels que la mélatonine, le zolpidem, le zaleplon, l’eszopiclone, le ramelteon, le suvorexant, le lamborexant ou la doxépine peuvent être bénéfiques.
  • Les options de traitement du syndrome des jambes sans repos comprennent la prégabaline, la gabapentine et la gabapentine énacarbil.
  • De nombreux stimulants ou médicaments favorisant l’éveil, dont le modafinil, l’armodafinil, le pitolisant et le solriamfetol, peuvent être utilisés pour traiter la narcolepsie.

Dois-je consulter un professionnel ?

Si nécessaire, demandez à votre médecin de vous recommander un spécialiste du sommeil.

Quelles sont les recommandations pour une nuit de sommeil réparatrice ?

  • Assurez-vous que votre chambre à coucher est confortable, fraîche, calme et sombre afin de créer un environnement de sommeil idéal. Essayez d’utiliser des bouchons d’oreille ou un bruit de fond si le bruit vous empêche de dormir. Si la lumière vous empêche de dormir, envisagez de porter un masque de sommeil ou d’utiliser des rideaux occultants.
  • Restez optimiste. Il faut éviter de penser avant de se coucher à la phrase “Si je ne dors pas assez ce soir, comment vais-je faire pour passer la journée de demain ?
  • Un lit ne doit être utilisé que pour dormir et pour les relations personnelles. Dans votre chambre, évitez d’utiliser un ordinateur portable, de manger ou de regarder la télévision.
  • Le fait de noter vos pensées ou de créer une liste de choses à faire en début de soirée peut vous aider à vous détendre avant d’aller vous coucher. Si vous avez tendance à vous inquiéter et à réfléchir excessivement lorsque vous êtes au lit le soir, cela peut être utile.
  • Un bain chaud, de la musique paisible ou de la lecture avant de se coucher peuvent vous aider à établir une habitude constante de relaxation le soir. Essayez l’hypnose, le biofeedback, les techniques de relaxation ou la méditation. Réveillez-vous à la même heure chaque matin, y compris pendant les vacances et les jours de congé.
  • Mettez l’horloge de côté. Changez l’heure et utilisez simplement l’alarme pour sortir du lit. Si vous ne parvenez pas à vous endormir en 20 minutes, sortez de votre chambre. Dans une autre pièce, lisez un livre ou détendez-vous avec un passe-temps apaisant.
  • Ne faites pas de sieste. Faites une sieste si vous êtes très somnolent. Mais faites des siestes brèves – pas plus de 30 minutes, et surtout pas après 15 heures.
  • Au moins quatre heures avant d’aller au lit, évitez les repas lourds et les stimulants (café, thé, soda/cola, cacao et chocolat). Les collations légères à base de glucides comme le lait, le yogourt ou les craquelins peuvent vous aider à vous endormir plus facilement.
  • Pendant au moins quatre heures avant le coucher et pendant la nuit, abstenez-vous de consommer de l’alcool et de fumer.
  • Si vous avez des difficultés à vous endormir, faites de l’exercice fréquemment, mais pas dans les quatre heures précédant le coucher.

PRÉVENTION

Quelles substances dois-je consommer ou éviter pour réduire le risque de développer un trouble du sommeil ?

Ne prenez pas ce qui suit :

  • Les boissons caféinées en fin d après-midi ou en soirée, comme les sodas et le café.
  • Les comprimés de régime.
  • Les décongestionnants.
    Antidépresseurs (ceux-ci peuvent diminuer le sommeil paradoxal, mais n’arrêtez jamais les antidépresseurs sans l’autorisation de votre médecin traitant).
  • Le tabac.
  • L’alcool.

PERSPECTIVE / PRONOSTIC

Pendant combien de temps vais-je avoir des problèmes de sommeil ?

La durée varie, tout comme le type de trouble du sommeil dont vous souffrez. Avec votre professionnel de la santé, établissez un calendrier qui tient compte des traitements.

LA VIE AVEC

Quand dois-je prévoir une visite chez mon médecin ?

Si votre qualité de vie est affectée par votre manque de sommeil, consultez un professionnel de la santé.

Quelles questions dois-je poser à mon médecin concernant les troubles du sommeil ?

  • Est-ce que je souffre d’un type spécifique de trouble du sommeil ?
  • Quel niveau de trouble du sommeil ai-je ?
  • Pensez-vous que je vais avoir besoin d’une thérapie pour mon trouble du sommeil ou pensez-vous qu’il va disparaître de lui-même ?
  • Comment puis-je améliorer mes habitudes de sommeil ?
  • Devrais-je consulter un professionnel ?
  • Avez-vous des recommandations d’ordonnances à me faire pour traiter mon trouble du sommeil ?
  • À quelle fréquence dois-je revenir vous voir ?
  • Y a-t-il des médicaments que je dois prendre ?
  • Quels médicaments dois-je arrêter de prendre ?

Les troubles du sommeil ne sont pas forcément mortels, mais ils ont un impact tellement négatif sur votre qualité de vie qu’ils peuvent nuire à votre capacité à penser clairement, à gérer votre poids, à être performant au travail ou à l’école, et à maintenir une bonne santé mentale et physique. Les troubles du sommeil, notamment l’apnée du sommeil, la narcolepsie, l’insomnie et le syndrome des jambes sans repos, vous empêchent de bénéficier du sommeil profond et ininterrompu dont vous avez besoin pour donner le meilleur de vous-même.

N’hésitez pas à consulter votre médecin traitant si vous avez des problèmes de sommeil. Un bon sommeil est essentiel à votre santé et, par extension, à votre qualité de vie. Suivez les conseils de votre professionnel de santé et maintenez une bonne hygiène de sommeil.

En savoir plus sur les troubles du sommeil

Narcolepsie

Travail posté Trouble du sommeil

Somnolence excessive

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les guides gratuits Docteur Sommeil