Le risque d'Alzheimer et le manque de sommeil

Le risque d'Alzheimer et le manque de sommeil

Il est bien de faire des efforts quotidiens pour préserver votre santé mentale. Par exemple, pratiquer la lecture, jouer aux jeux vidéo avec vos enfants, en passant par la prise de vitamines. Donner la priorité à l’alimentation du cerveau dans votre régime alimentaire, comme les oméga 3 et efforcez-vous également à dormir suffisamment.

Faire beaucoup d’efforts maintenant ne peut-être que bénéfique pour préserver vos fonctions cognitives pour les décennies à venir.

Nous devons toujours nous préoccuper des risques à long terme de déclin cognitif et de troubles neurodégénératifs comme la démence, même si nous menons un mode de vie sain. Nombre de patients qui approchent de l’âge moyen font part de leurs inquiétudes concernant la perte de mémoire, de clarté mentale et d’autres fonctions cognitives avec le vieillissement – et de leurs inquiétudes en particulier concernant la maladie d’Alzheimer.

Des études récentes ont examiné la relation entre le sommeil et la maladie d’Alzheimer. La plupart d’entre nous connaissent sans doute une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou connaissent quelqu’un qui en est atteint. Malheureusement, les statistiques le confirment, tout les ans, 225 000 personnes en France est atteinte de la maladie d’Alzheimer, affirme La fondation recherche Alzheimer

Qu’est-ce qui déclenche la maladie d’Alzheimer ?

Nous ne le savons pas encore, telle est la réponse difficile. Pour déterminer les causes profondes de la maladie d’Alzheimer, les chercheurs travaillent d’arrache-pied. Bien que les scientifiques ne comprennent toujours pas pourquoi, nous savons que la maladie entraîne des problèmes fondamentaux dans le fonctionnement des cellules du cerveau.

Notre cerveau contient des milliards de neurones qui travaillent en permanence pour nous maintenir en vie et nous faire fonctionner. Ils nous permettent de raisonner et de choisir, de nous souvenir et de nous remémorer des informations, d’utiliser nos sens pour appréhender le monde qui nous entoure, d’éprouver un large éventail d’émotions et de communiquer nos pensées et nos sentiments par le langage et le comportement.

La destruction des cellules cérébrales, qui entraîne des troubles de plus en plus graves de la mémoire, de l’apprentissage, de l’humeur et du comportement. Les symptômes caractéristiques de la maladie d’Alzheimer serait causée par divers dépôts de protéines. Voici deux de ces protéines :

  • Les protéines bêta-amyloïdes s’accumulent pour créer des plaques entourant les cellules du cerveau.
  • Les protéines Tau forment des enchevêtrements, qui ressemblent à des fibres à l’intérieur des cellules du cerveau.

Les chercheurs tentent encore de déterminer comment les plaques et les enchevêtrements affectent la maladie d’Alzheimer et ses signes. Les personnes qui vieillissent présentent fréquemment certaines de ces accumulations dans le cerveau. Toutefois, la quantité de plaques et d’enchevêtrements dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer est nettement plus élevée, en particulier dans les régions du cerveau associées à la mémoire et à d’autres tâches cognitives complexes.

De plus en plus de données suggèrent que le manque de sommeil et un sommeil de mauvaise qualité sont liés à des niveaux plus élevés de protéines bêta-amyloïdes et tau dans le cerveau. Selon une étude de 2017, les troubles du sommeil lent étaient liés à des niveaux plus élevés de protéines bêta-amyloïdes chez des personnes d’âge moyen en bonne santé.

Les dépôts de protéines liés à la maladie d’Alzheimer dans le cerveau sont associés à la somnolence diurne

Selon une étude publiée récemment, chez des personnes âgées par ailleurs en bonne santé, la somnolence diurne excessive est associée à des niveaux plus élevés de dépôts de protéines bêta-amyloïdes dans le cerveau. Dans leur étude, les chercheurs ont voulu répondre à une question cruciale concernant la relation entre les causes et les effets : l’accumulation de protéines bêta-amyloïdes contribue-t-elle au sommeil agité, ou le sommeil perturbé provoque-t-il l’accumulation de ces protéines ?

Pour les besoins d’une longue enquête sur les effets du vieillissement sur les fonctions cognitives, les chercheurs ont choisi 283 participants de cette étude en cours, âgés de plus de 70 ans et ne souffrant pas de démence, pour examiner le lien entre leurs habitudes de sommeil et l’activité de la protéine bêta-amyloïde.

Près de 25 %, soit un peu plus de 22 %, des personnes du groupe ont admis avoir une somnolence diurne excessive au début de l’essai. Naturellement, être trop somnolent pendant la journée est un signe certain que l’on ne dort pas assez la nuit. C’est également un symptôme de troubles du sommeil courants, comme l’insomnie.

À l’aide de scanners TEP, les chercheurs ont examiné l’activité bêta-amyloïde des individus sur une période de sept ans. Ils ont découvert :

  • Au début de l’essai, les personnes qui dormaient excessivement pendant la journée avaient une plus grande probabilité de développer une bêta-amyloïde au fil du temps.
  • Ces personnes privées de sommeil présentaient une accumulation considérable de bêta-amyloïde dans le cingulaire antérieur et le précunéus cingulaire, deux régions distinctes du cerveau. Ces deux régions du cerveau présentent fréquemment une accumulation élevée de bêta-amyloïde chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Cette étude ne répond pas à la question de savoir si les problèmes de sommeil provoquent l’accumulation de protéines amyloïdes, si les dépôts amyloïdes provoquent des problèmes de sommeil ou une combinaison des deux. Toutefois, elle laisse entendre qu’une somnolence excessive pendant la journée peut être un marqueur de la maladie d’Alzheimer.

L’étude qui a été faite est cohérente avec des études plus récentes qui ont examiné le lien entre un sommeil insuffisant et la probabilité de développer la maladie d’Alzheimer. Des chercheurs de l’université du Wisconsin à Madison ont examiné les liens potentiels entre la qualité du sommeil et un certain nombre de marqueurs significatifs de la maladie d’Alzheimer identifiés dans le liquide céphalorachidien, tels que les protéines bêta-amyloïdes et les protéines tau qui provoquent des enchevêtrements qui étranglent les cellules nerveuses.

Les participants à cette étude n’étaient pas atteints de démence ou de la maladie d’Alzheimer, mais les chercheurs les ont choisis parce qu’ils présentaient un risque accru de cette maladie, soit parce qu’un de leurs parents en était atteint, soit parce qu’ils possédaient le gène de l’apolipoprotéine E, qui est associé à la maladie.

Comme leurs collègues, les chercheurs de Madison ont découvert que les personnes souffrant de somnolence diurne excessive présentaient des niveaux plus élevés de marqueurs de la protéine bêta-amyloïde. Ils ont également découvert un lien entre la somnolence diurne et l’augmentation des indicateurs de la protéine tau. En outre, les personnes qui ont déclaré avoir mal dormi et avoir eu plusieurs problèmes de sommeil présentaient des niveaux plus élevés des deux biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer que leurs homologues qui dormaient bien.

Pendant le sommeil, le cerveau se débarrasse des protéines liées à la maladie d’Alzheimer

Ces dernières années ont vu l’identification d’un mécanisme dans le cerveau qui élimine les déchets, notamment les protéines bêta-amyloïdes liées à la maladie d’Alzheimer. Parce qu’il élimine les déchets de l’organisme de manière similaire au système lymphatique et qu’il est géré par les cellules gliales du cerveau, les chercheurs du centre médical de l’université de Rochester l’ont appelé le “système glymphatique”. La découverte du système glymphatique, révolutionnaire en soi, n’a pas été la seule faite par les scientifiques. Ils ont également découvert que pendant que nous dormons, le système glymphatique s’emballait.

Selon les chercheurs, le système glymphatique est dix fois plus actif pour nettoyer les déchets du cerveau lorsque nous dormons.

Les données présentées ici constituent l’une des preuves les plus solides du lien entre un sommeil sain et la santé du cerveau à long terme. Les scientifiques pensent désormais que le système glymphatique s’active davantage pendant le sommeil pour éliminer les déchets potentiellement dangereux qui se sont accumulés pendant la journée. Vous risquez de ne pas profiter pleinement des avantages de cette procédure de nettoyage si vous souffrez régulièrement d’un mauvais sommeil ou si vous ne dormez pas suffisamment.

La maladie d’Alzheimer est liée à des cycles veille-sommeil irréguliers

Un autre signe potentiel d’alerte précoce de la maladie d’Alzheimer lié au sommeil ? Des habitudes de sommeil perturbées, selon des études récentes. Près de 200 personnes âgées de 66 ans en moyenne ont été étudiées par des chercheurs de l’école de médecine de l’université de Washington, qui ont également examiné chaque participant à la recherche de symptômes précliniques extrêmement précoces de la maladie d’Alzheimer.

Les 50 personnes présentant des symptômes précliniques de la maladie d’Alzheimer avaient toutes des cycles veille-sommeil perturbés. Cela signifie que leur corps ne suivait pas un programme cohérent de repos nocturne et d’activité diurne. Elles avaient plus de mal à s’endormir le soir et avaient tendance à dormir davantage pendant la journée.

Il faut garder à l’esprit que toutes les personnes ayant participé à l’étude et dont les cycles veille-sommeil étaient perturbés ne manquaient pas de sommeil. Elles obtenaient la quantité de sommeil recommandée, mais au cours d’une journée de 24 heures, leurs cycles de sommeil devenaient de plus en plus erratiques.

Selon cette étude, même en l’absence de privation de sommeil, les rythmes circadiens irréguliers peuvent être un indicateur très précoce de la maladie d’Alzheimer.

Nous pouvons comprendre les inquiétudes des patients concernant leur santé cognitive à long terme et leurs craintes de développer la maladie d’Alzheimer. Vous devriez prendre soin de vous dès maintenant dans le but de réduire votre risque de déclin cognitif et de démence. Compte tenu de tout ce que nous savons, il est évident qu’un élément clé de ce plan d’action est d’obtenir beaucoup de bon sommeil.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les guides gratuits Docteur Sommeil