La privation de sommeil : Définition, symptômes et effets

Menu

Problèmes de sommeil courants
Insomnie
Ronflement
Apnée du sommeil
Privation de sommeil

la privation de sommeil

Des personnes de tous âges déclarent ne pas dormir suffisamment, ce qui constitue un problème de santé publique majeur. Les résultats de l’enquête montrent qu’en décembre 2021, 56 % des Français interrogés dans le cadre du sondage avec l’IFOP estimaient qu’ils ne dormaient pas assez. les Français dorment fréquemment moins que les sept heures recommandées chaque nuit.

De nombreux facteurs, tels que des maladies, des problèmes de sommeil, la consommation de certains médicaments, le fait de travailler tard ou de veiller tard pour socialiser ou regarder la télévision, peuvent entraîner un manque de sommeil. Les bruits forts, les lumières vives et même une température inconfortable peuvent être des perturbations qui nuisent au sommeil.

Le manque de sommeil peut avoir de graves conséquences. Le manque d’énergie, la somnolence, la colère et l’incapacité à se concentrer ne sont que quelques-uns des effets immédiats. Avec le temps, le manque de sommeil affecte la mémoire et l’apprentissage, et augmente le risque d’affections telles que le diabète de type 2, l’obésité, la dépression, l’hypertension artérielle et d’autres problèmes de santé comme les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

Prévenir le manque de sommeil ou agir immédiatement pour le traiter peut améliorer la qualité de vie, les performances professionnelles et scolaires, la sécurité et la santé mentale et physique.

La privation de sommeil : Qu’est-ce que c’est ?

Le manque d’heures de sommeil est appelé privation de sommeil. Il peut s’agir de ne pas avoir suffisamment d’heures de sommeil au total et cela peut être un problème à court ou à long terme.

Le fait de rester éveillé pendant 16 heures ou plus sans faire de sieste ou d’autres pauses pour dormir est considéré comme un manque de sommeil aigu. Un manque de sommeil constant chaque nuit pendant une période plus longue est appelé privation de sommeil chronique.

L’insomnie et la privation de sommeil peuvent parfois être confondues. L’insomnie est un trouble du sommeil caractérisé par des problèmes de sommeil nocturne qui entravent le fonctionnement de la journée.

Même si le manque de sommeil est une cause courante d’insomnie, ce n’est pas le cas de toutes les personnes qui en souffrent. Par exemple, certaines personnes se privent de sommeil parce qu’elles n’ont pas assez de temps dans leur emploi du temps pour le faire. Cette situation est différente de l’insomnie, qui se caractérise par une difficulté à s’endormir ou à rester endormi malgré de nombreuses occasions de le faire.

Un terme plus général pour désigner les problèmes de sommeil qui peuvent résulter d’une perte de sommeil, d’un sommeil fragmenté ou d’un sommeil de mauvaise qualité est “déficit de sommeil”. Si certaines personnes utilisent le terme “manque de sommeil” de manière plus générale pour couvrir d’autres problèmes de sommeil, les universitaires ont tendance à l’utiliser pour faire référence uniquement à la quantité de sommeil.

Qu’est-ce qui entraîne un manque de sommeil ?

Le manque de sommeil peut résulter d’un certain nombre de circonstances qui peuvent se manifester rapidement ou progressivement au fil du temps.

  • Horaires liés au travail et à l’école : Les engagements liés au travail ou à l’école peuvent limiter le temps disponible pour le sommeil ou interférer avec un cycle de sommeil régulier. Les personnes qui travaillent de nuit, les premiers intervenants, les adolescents qui commencent tôt, ceux qui doivent se lever tôt ou voyager pour le travail, ceux qui travaillent de longues heures ou qui ont plusieurs emplois, et d’autres, peuvent être plus susceptibles de manquer de sommeil.
  • Manque de temps de sommeil : Certaines personnes sont privées de sommeil parce qu’elles n’ont pas prévu suffisamment de temps pour dormir. C’est souvent le cas lorsqu’elles choisissent de rester debout plus longtemps que nécessaire alors qu’elles doivent se lever tôt pour aller travailler ou étudier.
  • Utilisation de stimulants : La caféine et d’autres stimulants peuvent vous rendre momentanément plus éveillé, mais ils peuvent aussi vous empêcher de vous endormir le soir.
  • Problèmes médicaux : Les douleurs chroniques, les mictions fréquentes ou une vessie hyperactive, l’anxiété et la dépression, le syndrome des jambes sans repos, l’obésité et plusieurs tumeurs malignes font partie des troubles de santé qui sont liés au manque de sommeil.
  • Troubles du rythme circadien : Le rythme circadien de 24 heures de l’organisme est régulé par un mécanisme biologique qui contrôle la vigilance et le sommeil. Les troubles du rythme circadien peuvent modifier les habitudes de sommeil quotidiennes et rendre plus difficile l’obtention d’un sommeil suffisant. Les anomalies du rythme circadien à long terme peuvent être influencées par diverses variables, comme l’âge, la génétique et l’état de santé général.
  • Troubles du sommeil : Lorsqu’il existe un trouble du sommeil sous-jacent, la privation de sommeil peut parfois en résulter. Par exemple, les personnes souffrant d’insomnie et d’apnée obstructive du sommeil peuvent souffrir de privation de sommeil. Les parasomnies, qui sont des troubles caractérisés par des mouvements, des comportements ou des rêves anormaux liés au sommeil, peuvent également entraîner un manque de sommeil.
  • Autres facteurs : De nombreux autres facteurs peuvent affecter la durée du sommeil d’une personne. Le décalage horaire, l’angoisse mentale et les rhumes ou allergies saisonniers sont quelques-uns des facteurs qui ne sont que passagers. D’autres durent plus longtemps et sont liés à des événements majeurs de la vie, comme une grossesse, des enfants en bas âge, des études ou la retraite.

Symptômes du manque de sommeil

De nombreux symptômes peuvent résulter d’un manque de sommeil. La somnolence et l’épuisement quotidiens sont les symptômes les plus évidents du manque de sommeil. Outre les bâillements excessifs, les clignements fréquents des yeux, le frottement des yeux et même l’assoupissement involontaire, la fatigue diurne peut produire ces comportements. Des effets négatifs peuvent également être observés sur l’humeur, l’attention et la mémoire.

Effets du manque de sommeil

Le manque de sommeil a une multitude d’effets négatifs sur la santé à court et à long terme. En plus de nuire à l’attention et à l’humeur, un manque de sommeil grave augmente le risque d’accidents du travail et de voiture. De nombreux problèmes majeurs de santé physique et mentale peuvent être provoqués ou aggravés par un manque de sommeil chronique, ou un manque continu de sommeil réparateur.

Résultats pour l’organisme

Pour préserver la santé globale, le sommeil est essentiel. Le manque de sommeil peut augmenter le risque de problèmes cardiovasculaires tels que les maladies cardiaques, l’hypertension artérielle et les accidents vasculaires cérébraux. Il est crucial pour la réparation et la régénération des vaisseaux sanguins.

Le manque de sommeil peut également avoir de nombreux autres effets négatifs sur la santé.

  • Fonction immunitaire : Le sommeil est essentiel au bon fonctionnement du système immunitaire, qui défend l’organisme contre les produits chimiques potentiellement dangereux. Le manque de sommeil peut affecter la rapidité et l’efficacité avec lesquelles le système immunitaire réagit aux dangers, rendant plus difficile la lutte contre des maladies habituellement simples à traiter.
  • Niveaux d’hormones : Le sommeil favorise la synthèse naturelle des hormones par l’organisme. Par exemple, la ghréline et la leptine, qui régissent l’appétit, ainsi que l’insuline, qui régule la glycémie, sont toutes régulées par le sommeil.
  • Niveau de douleur : Le manque de sommeil peut faire paraître la douleur plus intense et rendre certains analgésiques moins efficaces.
  • L’obésité : Selon les recherches, le manque de sommeil pourrait contribuer à l’obésité infantile. En raison des répercussions possibles sur les niveaux d’hormones, le métabolisme et l’appétit chez les adultes, la perte de sommeil peut augmenter le risque d’obésité.
  • Le diabète de type 2 : Des recherches ont montré un lien entre un sommeil insuffisant et la probabilité de développer un diabète de type 2, une affection qui peut avoir des répercussions négatives importantes sur la santé générale.

Effets émotionnels et mentaux

Le manque de sommeil peut rendre difficile la prise de décisions et la résolution de problèmes. Il peut réduire la flexibilité mentale, ce qui rend plus difficile la gestion de circonstances difficiles ou le contrôle de l’humeur et du comportement.

En outre, des études ont montré que le manque de sommeil peut contribuer à des problèmes de santé mentale comme la dépression, les comportements à risque et les pensées et sentiments suicidaires.

  • Dépression : Les personnes qui manquent de sommeil peuvent être plus sensibles aux symptômes de cette maladie, ce qui entraîne généralement une augmentation des troubles du sommeil.
  • Anxiété : Tout comme la dépression, l’anxiété peut être exacerbée par le manque de sommeil, et les problèmes d’anxiété peuvent rendre plus difficile une bonne nuit de sommeil, créant ainsi un cercle vicieux d’anxiété et de repos insuffisant.
  • Trouble bipolaire : Les personnes atteintes de maladie bipolaire sont fortement touchées par le manque de sommeil. Le manque de sommeil a été associé à une moins bonne qualité de vie et à une réponse réduite au traitement chez les personnes atteintes de maladie bipolaire, et il peut exacerber les symptômes des épisodes maniaques et dépressifs.
  • Hallucinations : Une grave perte de sommeil à court terme qui dure 48 heures ou plus peut entraîner des hallucinations.

Répercussions sociales

Le manque de sommeil peut entraîner des situations à risque au travail et sur la route.

Le manque de sommeil a plusieurs conséquences négatives, dont l’une est la somnolence pendant la journée et la diminution de la vigilance. Selon les recherches du comité d’experts, l’un des principaux facteurs contribuant aux décès sur les routes est la somnolence au volant, qui touche 10 à 15 % des conducteurs professionnels.. Selon des études, être trop fatigué pourrait avoir les mêmes effets négatifs sur la conduite que boire trop.

La fatigue et la somnolence peuvent augmenter le risque d’accidents du travail. Le manque de sommeil a également un impact important sur l’économie en raison des journées de travail perdues et de la baisse de productivité.

Traitement et prévention de la privation de sommeil

Il n’existe pas de critères fixes pour traiter le manque de sommeil car il existe plusieurs causes potentielles. Cependant, il existe des procédures standard pour éviter et gérer le manque de sommeil.

  • Hygiène du sommeil : Les personnes dont les habitudes quotidiennes et l’environnement de sommeil favorisent un sommeil sain connaissent fréquemment un meilleur sommeil. L’hygiène du sommeil consiste à créer des routines et des environnements dans la chambre à coucher qui favorisent un sommeil réparateur.
  • S’attaquer aux causes profondes : Il peut être possible d’atténuer la cause sous-jacente du manque de sommeil en suivant un traitement pour tout problème médical sous-jacent, comme l’apnée du sommeil, l’anxiété ou un malaise persistant.
  • Médicaments : Certaines personnes trouvent que les somnifères en vente libre ou sur ordonnance les aident à mieux dormir, mais il est essentiel de discuter avec un médecin ou un spécialiste du sommeil pour savoir si l’utilisation d’un somnifère est sûre et appropriée.

Comment identifier le manque de sommeil

Dans la plupart des cas, le manque de sommeil est un symptôme plutôt qu’une maladie en soi. Compte tenu du grand nombre de causes potentielles du manque de sommeil, les médecins et les spécialistes du sommeil peuvent utiliser diverses techniques pour identifier la cause la plus probable.

Il est courant d’évaluer le sommeil et de mesurer le degré de privation de sommeil en tenant un journal du sommeil pendant au moins une semaine. Des informations sur les routines et les comportements susceptibles d’affecter le sommeil peuvent être obtenues à l’aide d’enquêtes spécifiques.

Une étude du sommeil, qui utilise un équipement spécialisé pour obtenir des informations sur la durée et la qualité du sommeil, peut parfois être conseillée par un médecin. De nombreux problèmes de sommeil, y compris l’apnée obstructive du sommeil, peuvent être diagnostiqués ou écartés grâce à une étude du sommeil.

Afin d’élaborer un plan de traitement personnalisé susceptible d’encourager un meilleur sommeil nocturne, l’identification de la source du manque de sommeil peut constituer une première étape cruciale.

Améliorer les bonnes habitudes de sommeil

L’hygiène du sommeil consiste à aménager une chambre à coucher et des habitudes quotidiennes qui favorisent un sommeil régulier et non perturbé. Voici quelques exemples d’actions susceptibles d’améliorer les bonnes habitudes de sommeil :

  • Maintenir une routine de sommeil régulière qui comprend des horaires réguliers pour le coucher et le lever chaque jour
  • Limiter l’utilisation d’écrans électroniques avant le soir, comme les téléphones, les téléviseurs ou les tablettes
  • Limiter sa consommation de café, de nicotine et de repas copieux le soir
  • Régler le thermostat de la chambre à coucher sur un réglage relaxant et frais
  • Réduire la durée et le nombre de siestes régulières
  • Faire un effort pour faire de l’exercice chaque jour
  • Établir une routine de sommeil qui comprend des activités apaisantes comme la lecture ou l’écoute de musique paisible
  • Créer une chambre à coucher la plus calme et la plus sombre possible

Chacun a des habitudes de sommeil idéales différentes. L’expérimentation de diverses techniques peut donc aider à développer une stratégie personnalisée pour améliorer l’hygiène du sommeil.

Thérapie cognitivo-comportementale

La TCC, également connue sous le nom de thérapie cognitivo-comportementale, est une forme de traitement qui vise à modifier les schémas de pensée et de comportement afin de favoriser le bien-être. La TCC-I, une forme spécifique de cette thérapie destinée à aider les personnes souffrant d’insomnie persistante, est connue sous le nom de TCC pour l’insomnie.

L’objectif de la TCC-I est de modifier les attitudes et les actions néfastes liées au sommeil afin de promouvoir des habitudes de sommeil plus régulières. Les difficultés chroniques de sommeil sont généralement traitées par la TCC-I, qui inclut fréquemment des améliorations de l’hygiène du sommeil. La TCC-I peut parfois être utilisée avec des médicaments pour améliorer le sommeil.

Médicaments pour le sommeil

Pour traiter le manque de sommeil chez certaines personnes, des médicaments peuvent être suggérés. Les médicaments ne sont souvent proposés qu’après l’échec d’autres thérapies.

Faites toujours preuve de prudence et demandez l’avis d’un professionnel de la santé qualifié avant d’utiliser des médicaments pour le sommeil. Collaborez avec un professionnel de la santé pour vous assurer que les somnifères sont pris correctement et efficacement, car ils peuvent avoir des effets secondaires nocifs et créer une dépendance.

La majorité des somnifères agissent en favorisant la fatigue, ce qui permet de s’endormir plus facilement ou de rester endormi toute la nuit. Les antihistaminiques et plusieurs compléments alimentaires sont des exemples de médicaments en vente libre qui peuvent vous faire dormir. En outre, il a été démontré que divers médicaments délivrés sur ordonnance, comme les hypnotiques et les sédatifs, les barbituriques, les agonistes des récepteurs de la mélatonine, les antagonistes des récepteurs de l’orexine et les antidépresseurs, aident les gens à s’endormir.

En savoir plus sur la privation de sommeil et le sommeil

Comment le sommeil affecte votre bien-être mental et physique

Sommeil interrompu

Signes que vous ne dormez pas assez

Manque de sommeil

Privation de sommeil et santé émotionnelle

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les guides gratuits Docteur Sommeil