La relation entre le sommeil et la santé mentale

Menu

Comment fonctionne le sommeil
Hygiène du sommeil
Santé physique
Santé mentale
Chronotypes
Faire la sieste
La nutrition et le sommeil
Rêves
Aides au sommeil
Mélatonine
Voyage et Sommeil
Calculateur de sommeil
FAQ sur le sommeil

La relation entre le sommeil et la santé mentale

Pour que le corps puisse se détendre et se reconstituer chaque jour, le sommeil est essentiel au bien-être physique et mental. Le sommeil aide les gens à conserver une bonne santé mentale, ce qui favorise la croissance des individus et leur capacité à surmonter les obstacles.

Les problèmes de sommeil ont traditionnellement été considérés comme un signe de maladie mentale. La relation entre le sommeil et la santé mentale pourrait être compliquée et bidirectionnelle, selon une étude récente, qui révèle une relation plus nuancée.

Comprendre le lien entre le sommeil et la santé mentale peut aider les gens à tirer parti des effets positifs du sommeil sur le bien-être et à mieux gérer les maladies mentales chez ceux qui en souffrent déjà.

Les effets du sommeil sur la santé mentale

En améliorant l’humeur d’une personne et en renforçant sa capacité de concentration et de prise de décision, le sommeil favorise une bonne santé mentale. En plus de permettre à l’organisme de récupérer du stress quotidien, un sommeil suffisant rend les gens plus optimistes, plus conscients et mieux équipés pour gérer les interactions interpersonnelles.

La privation et l’irrégularité du sommeil sont des facteurs de risque pour l’émergence de problèmes de santé mentale. Le manque de sommeil peut affecter l’humeur, l’irritabilité et la prise de décision, et rendre plus difficile la concentration et la mémorisation des informations.

En outre, le manque de sommeil peut aggraver les problèmes de santé mentale. Les symptômes des troubles mentaux tels que la dépression, l’anxiété, les troubles bipolaires et la schizophrénie peuvent être exacerbés par des changements dans les habitudes de sommeil. Dormir moins de six heures par nuit peut aggraver l’angoisse émotionnelle, même chez les personnes sans problème de santé mentale.

Comment la santé mentale affecte le sommeil

Les idées, les sentiments et les comportements d’une personne sont influencés par sa santé mentale. Un large éventail d’émotions peut être ressenti et une personne en bonne santé mentale est suffisamment résiliente pour rebondir après des revers.

L’autogestion de la santé est souvent un élément des plans d’amélioration de la santé mentale. Bien que les soins personnels diffèrent d’une personne à l’autre, ils comprennent souvent le maintien des relations avec les êtres chers, l’élaboration de plans et la prise en charge du bien-être physique en pratiquant une activité physique, en ayant une alimentation équilibrée et en dormant suffisamment.

Les problèmes de sommeil peuvent être un indicateur de problèmes de santé mentale sous-jacents. Il peut être difficile de s’endormir et de se reposer en raison de divers problèmes de santé mentale, comme l’anxiété, la dépression, le TDAH et le syndrome de stress post-traumatique. En fait, les problèmes de sommeil sont l’une des variables prises en compte par les spécialistes médicaux lorsqu’ils identifient les maladies mentales.

Certains médicaments prescrits pour des problèmes de santé mentale peuvent également avoir un effet néfaste sur les habitudes de sommeil d’une personne.

Les problèmes de sommeil et de santé mentale

Bien que des études révèlent régulièrement que les problèmes de sommeil sont prévalents dans pratiquement tous les problèmes de santé mentale, les chercheurs apprennent encore comment le sommeil et la santé mentale interagissent.

Anxiété

Le stress entraîne souvent de l’anxiété. Un trouble anxieux se caractérise par une peur et une inquiétude excessives qui nuisent à la capacité d’une personne à bien fonctionner au travail, à l’école ou dans ses interactions interpersonnelles. Les troubles anxieux sont le problème de santé mentale le plus répandu en France, touchant environ 30 % des personnes à un moment donné de leur vie.

Il existe souvent une boucle de rétroaction négative entre l’anxiété et les problèmes de sommeil, les problèmes de sommeil entraînant une augmentation de l’anxiété et l’anxiété accentuant les problèmes de sommeil. Lorsqu’elles sont inquiètes, les personnes anxieuses sont plus susceptibles d’éprouver des problèmes de sommeil, et nombre d’entre elles font fréquemment des cauchemars.

Trouble obsessionnel-compulsif

Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) est une maladie mentale de longue durée caractérisée par des inquiétudes ou des impulsions récurrentes qui suscitent la peur et entraînent un comportement ritualisé. Cette maladie, qui peut perturber gravement la vie d’une personne, touche 2,3 % des adultes.

Les personnes souffrant de TOC ont généralement un sommeil de moins bonne qualité et plus de difficultés à s’endormir que les autres, et des symptômes de TOC plus graves sont liés à davantage de problèmes de sommeil. Même chez les personnes ne souffrant pas de TOC, le manque de sommeil peut augmenter la fréquence des pensées intrusives.

Dépression

Le mot “dépression” est souvent utilisé pour désigner la mélancolie, le découragement ou une mauvaise humeur. Même s’ils sont le plus souvent passagers, les sentiments mélancoliques peuvent parfois persister pendant une longue période ou commencer à avoir un impact négatif sur la vie d’une personne. Un état dépressif peut être identifié dans ces situations.

Les problèmes de sommeil sont un signe typique de tristesse et peuvent contribuer aux épisodes dépressifs. La plupart des personnes dépressives ont des difficultés à s’endormir, se réveillent souvent pendant la nuit et dorment plus longtemps que la normale. Les sous-types de dépression ont souvent un impact sur le sommeil.

  • Trouble affectif saisonnier : Le trouble affectif saisonnier est une sorte de dépression récurrente liée aux fluctuations saisonnières. Les personnes atteintes de ce trouble peuvent présenter des symptômes tels que la prise de poids, le désengagement social, et passer plus de temps à dormir que d’habitude chaque année. De nombreuses études pensent que le rythme circadien – l’horloge interne de la personne – qui est à l’origine de ce trouble, est perturbé.
  • Dépression post-partum : Après l’accouchement, il est normal de présenter des symptômes dépressifs pendant quelques semaines, mais les sautes d’humeur qui durent plus de deux semaines peuvent être qualifiées de dépression post-partum. Les problèmes de sommeil peuvent être un signe de dépression du post-partum et un facteur contribuant à cet état.

Les troubles bipolaire

Les changements spectaculaires de l’humeur, du comportement et de la capacité de fonctionnement d’une personne sont des signes de maladie bipolaire. Les périodes maniaques ou hypomaniaques, parfois appelées périodes d’humeur élevée ou irritée, alternent avec des épisodes dépressifs. Des jours ou des semaines peuvent s’écouler entre les épisodes maniaques, hypomaniaques ou dépressifs.

Jusqu’à 70 % des personnes atteintes de troubles bipolaires peuvent avoir des difficultés à s’endormir. Pendant les périodes maniaques, les patients bipolaires dorment souvent moins. Pendant les périodes dépressives, les personnes peuvent éprouver des difficultés à s’endormir, à rester endormies ou à dormir excessivement. En outre, les symptômes de la maladie bipolaire peuvent être provoqués par des problèmes de sommeil.

Troubles de l’alimentation

Les troubles de l’alimentation affectent les idées, les émotions et les comportements liés à la nourriture d’une personne. Les personnes qui luttent contre les troubles de l’alimentation sont souvent focalisées sur la nourriture, ainsi que sur leur taille et leur apparence. L’anorexie mentale, la boulimie et la frénésie alimentaire sont quelques-uns des troubles du comportement alimentaire les plus répandus. En France, les troubles du comportement alimentaire touchent environ 5 % des personnes et commencent souvent à l’adolescence.

Outre les aspects comportementaux, psychologiques et sociaux, la génétique et la biologie jouent également un rôle dans le développement des troubles alimentaires. Les problèmes de sommeil peuvent également être liés à des habitudes alimentaires irrégulières. Selon les recherches, les comportements alimentaires peuvent affecter les habitudes de sommeil, et les personnes qui ne dorment pas suffisamment sont plus enclines à se livrer à des crises de boulimie.

Schizophrénie

Moins de 1 % des personnes sont atteintes de la maladie mentale persistante qu’est la schizophrénie. Cette maladie peut provoquer des hallucinations, des délires et d’autres problèmes de pensée, d’expression et de motivation. Si elle n’est pas traitée, la schizophrénie peut rendre difficile la réalisation d’activités régulières.

Selon les recherches, il existe une association bidirectionnelle entre l’insomnie et la schizophrénie. Les symptômes de la schizophrénie peuvent interférer avec le sommeil, tandis que l’insomnie peut faire apparaître les symptômes. Les problèmes de sommeil peuvent potentiellement jouer un rôle dans l’émergence et le maintien de la schizophrénie, selon des études. L’insomnie touche jusqu’à 50 % des personnes atteintes de schizophrénie et pourrait être le signe d’une récurrence des symptômes.

Troubles de la dissociation

La dissociation est le terme utilisé pour indiquer une rupture entre l’identité, la mémoire et la conscience d’une personne. Lorsqu’une personne est en train de rêvasser, de conduire ou de se plonger dans un livre ou un programme télévisé, une certaine dissociation est typique. Un trouble dissociatif peut être diagnostiqué si les signes de dissociation sont plus graves.

Les problèmes de sommeil et les symptômes dissociatifs ont été liés par la recherche. Selon certaines études, les problèmes liés au cycle veille-sommeil qui altèrent la pensée et entraînent une activité mentale de type onirique pendant la période de vigilance peuvent être à l’origine des symptômes dissociatifs. Les parasomnies, une catégorie de troubles du sommeil comprenant le somnambulisme, le fait de parler en dormant et la paralysie du sommeil, qui comprennent des états de conscience altérés entre la vigilance et le sommeil, illustrent ce lien.

Trouble de stress lié à un traumatisme

Une expérience stressante peut entraîner le développement du trouble de stress post-traumatique (TSPT), une maladie de santé mentale. Après une expérience traumatisante, l’irritabilité, les souvenirs troublants, les problèmes de sommeil et d’autres symptômes sont courants. Toutefois, si ces symptômes persistent pendant plus d’un mois et provoquent de l’anxiété ou nuisent à la capacité de fonctionner, un diagnostic de SSPT peut être posé.

Selon des études, les problèmes de sommeil peuvent affecter l’efficacité du traitement et contribuer à l’apparition du SSPT. Avant ou peu après un incident traumatique, les problèmes de sommeil augmentent la probabilité de développer un SSPT. Les personnes souffrant de SSPT sont souvent alertes, nerveuses ou hyper conscientes du danger, ce qui peut les empêcher de s’endormir et de rester endormies. Environ 75 % des personnes souffrant de SSPT se souviennent aussi fréquemment d’événements horribles dans leurs rêves.

Trouble du deuil permanent

Une réaction normale à une perte est le deuil. Une personne peut souffrir d’un trouble de deuil prolongé, une maladie mentale qui affecte sa capacité à accomplir les tâches quotidiennes. Selon les recherches, 10 % des personnes qui perdent un être cher risquent de souffrir d’un trouble de deuil prolongé.

Les personnes qui souffrent d’un trouble de deuil chronique peuvent avoir du mal à s’endormir parce qu’elles pensent à leurs proches avant de se coucher ou font des rêves à leur sujet pendant leur sommeil. En retour, un sommeil perturbé peut rendre plus difficile le contrôle des émotions, l’acquisition de nouvelles compétences et les bénéfices d’une thérapie.

Démence

Un trouble connu sous le nom de démence implique la perte de la fonction cognitive, fréquemment accompagnée de changements significatifs dans la mémoire, le langage et la capacité à effectuer les tâches quotidiennes. Les personnes de plus de 85 ans peuvent développer une démence sous une forme ou une autre dans environ 33 % des cas. La maladie d’Alzheimer et la démence à corps de Lewy sont les types de démence les plus répandus.

Les problèmes de sommeil au début de la vie peuvent augmenter la probabilité de démence plus tard dans la vie. En outre, les personnes atteintes de démence ont souvent d’autres problèmes de sommeil. Étant donné que la démence peut perturber les rythmes circadiens, de nombreuses personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont plus actives, agitées ou irritables plus tard dans la journée.

Troubles neurologiques

Les troubles du développement neurologique sont des situations dans lesquelles une personne est incapable de franchir les étapes cognitives, émotionnelles ou motrices. De nombreuses maladies neurodéveloppementales, comme le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité et le trouble du spectre autistique, sont liées à des problèmes de sommeil.

  • Trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (TDAH) : L’inattention, l’hyperactivité ou l’impulsivité ont un impact négatif sur le fonctionnement ou le développement d’une personne atteinte du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Environ 5 % des enfants et des adolescents sont identifiés comme souffrant de TDAH, et 70 % d’entre eux ont également des problèmes de sommeil. Les symptômes du TDAH peuvent potentiellement être aggravés par des problèmes de sommeil.
  • Trouble du spectre autistique (TSA) : Les TSA ont un impact sur la capacité d’apprentissage, le comportement et l’interaction sociale d’une personne. Selon les recherches, entre 40 et 80 % des personnes atteintes de TSA ont des problèmes de sommeil. Les problèmes de sommeil peuvent rendre plus difficile pour les personnes atteintes de TSA la gestion de leurs relations et de leurs obligations scolaires.

Améliorer votre bien-être mental

Le traitement aide les personnes souffrant de problèmes de santé mentale. Certaines personnes peuvent se rétablir complètement grâce au traitement, tandis que d’autres peuvent gérer leurs problèmes de santé mentale et améliorer leur qualité de vie. Selon les besoins du patient, un problème de santé mentale peut être traité par une thérapie, des médicaments ou une combinaison des deux.

Le fait d’avoir ou non un problème de santé mentale ne détermine pas entièrement votre niveau de santé mentale. Vous pouvez réaliser votre potentiel maximal, établir des relations significatives et devenir résistant au changement en maintenant une santé mentale positive. Vous pouvez tirer profit d’une bonne santé mentale en utilisant une variété de tactiques.

  • Prenez soin de vous : En donnant la priorité au sommeil, en mangeant une nourriture saine et en faisant régulièrement de l’exercice pour améliorer votre bien-être physique et émotionnel.
  • Développez des relations saines : L’une des meilleures méthodes pour améliorer votre sentiment de bien-être est de cultiver des relations saines. Selon les recherches, le fait d’avoir des relations étroites avec les gens améliore le bien-être physique et émotionnel et peut même prolonger la vie.
  • La pratique de mécanismes d’adaptation : Cela vous aidera à gérer le stress de manière saine. Trouvez des méthodes efficaces pour vous, comme faire de l’exercice, respirer profondément, interagir avec votre voisinage et vous abstenir de consommer des drogues et de l’alcool.
  • Trouvez un sens à votre vie : Trouver un but à votre vie, que ce soit par le biais de votre profession, de votre spiritualité ou en aidant les autres, peut renforcer votre santé mentale et vous apporter du réconfort lorsque les choses sont difficiles.

L’un des éléments les plus importants pour maintenir une excellente santé mentale est de savoir quand demander de l’aide. Commencez par appeler votre médecin ou un expert en santé mentale si vous avez besoin d’aide pour des problèmes de santé mentale.

Améliorez vos habitudes de sommeil

L’amélioration de vos habitudes de sommeil est un excellent point de départ, que vous cherchiez à prendre soin de vous, à améliorer votre santé mentale ou à gérer un problème de santé mentale. Pour améliorer la santé de votre sommeil, pensez à utiliser des suggestions à l’heure du coucher.

  • Respectez un horaire : Maintenez une routine régulière à l’heure du coucher et allez vous coucher à la même heure chaque soir pour mieux dormir.
  • Réduisez les perturbations du sommeil : En évitant le café, l’alcool, les repas copieux et les boissons abondantes la veille du coucher.
  • Réduisez l’éclairage : à partir de quelques heures avant d’aller vous coucher, évitez les lumières vives qui peuvent vous empêcher de dormir, en particulier la lumière des appareils électroniques comme les téléviseurs, les ordinateurs et les téléphones portables.
  • Améliorez votre environnement de sommeil : Gardez votre chambre à coucher dans l’obscurité, au calme et au frais pour un environnement de sommeil optimal. N’utilisez pas votre lit pour autre chose que le sexe ou le sommeil.
  • Ne restez pas éveillé au lit : Si vous n’arrivez pas à vous endormir ou si vous ne parvenez pas à vous endormir pendant plus de 20 minutes, sortez du lit et trouvez quelque chose de calme à faire jusqu’à ce que vous vous endormiez, comme des étirements ou de la méditation.
  • Créez des habitudes quotidiennes saines : En mangeant une alimentation équilibrée, en faisant fréquemment de l’exercice et en évitant les siestes après 15 heures.

Surtout, si vous avez des difficultés à dormir ou si vous pensez qu’un problème de santé mentale ou un médicament vous empêche de prendre le repos dont vous avez besoin, appelez votre médecin.

En savoir plus sur le sommeil et la santé mentale

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les guides gratuits Docteur Sommeil